Les embarquements de Pierre LOTI

1 - le BORDA

Vaisseau-école Borda (ex-Valmy), ainsi que les annexes « Janus » et « Bougainville ». Construit à Brest en 1838, peint en noir avec ses trois batteries blanches, le « Borda » est le dernier trois-ponts à voiles sans machine. Mouillé en rade de Brest, à un mille du port, il a servi de vaisseau-école de 1863 à 1890. Julien y a été embarqué comme élève de l’Ecole navale du 1er octobre 1867 au 1er août 1869.

2 - le BOUGAINVILLE

Depuis son premier armement en 1859, le Bougainville a toujours servi d’annexe à l’Ecole navale, les élèves du Borda y effectuant un stage d’application d’un mois après leur première année d’études. Durant la campagne d’été 1868, le Bougainville a promené la promotion de Julien sur les côtes atlantiques, de Brest à Cherbourg et à Rochefort.

3 - le JEAN BART

1869 -1870 – campagne d’instruction à bord du vaisseau-école Jean Bart. (Méditerranée, Afrique du Nord, Atlantique, Brésil, Etats-Unis, Canada). Le vaisseau Jean-Bart dans le port de Brest. Affecté comme vaisseau-école d’application en octobre 1868. Il ne fera que quatre campagnes jusqu’en 1873, année de son désarmement à Brest. Vaisseau à voile et à hélice, son effectif est de 700 hommes, sa vitesse de croisière 10 nœuds. Julien Viaud et ses camarades du Borda y embarqueront pour une longue campagne d’instruction en Méditerranée et dans l’Atlantique.

4 - le DECRES

1870 – sur le Decrès (Manche, Mer du Nord, Baltique). Construite à Lorient, la corvette à hélice Decrès est mise à l’eau en 1866 et armée pour la première fois en juin 1867. Avec un effectif de 191 hommes, ce navire fera la campagne de guerre 1870-1871 dans la Manche et dans la mer du Nord.

5- le VAUDREUIL

Aviso à hélice Vaudreuil , construit à Lorient et mis à l’eau le 26 août 1870. C’est un navire mixte à coque en bois de 64 mètres de long, effectif de 152 hommes. Pour sa première campagne, le Vaudreuil va naviguer dans les eaux de l’Atlantique et du Pacifique, faisant la traversée de Lorient à Valparaiso par le détroit de Magellan. Julien y est affecté comme aspirant du 15 mars au 1er novembre 1871.

6 - La FLORE

La Flore dans le port de Brest (longueur 76 mètres, effectif de 450 hommes environ). Construite à Rochefort, cette frégate a été armée pour essais en avril 1871. Puis quittant l’île d’Aix en août, elle effectue sa première campagne dans les mers du Sud. Julien embarquera le 1er novembre 1871 sur ce navire qui est alors au mouillage à Valparaiso. Le bâtiment fera la croisière de Polynésie, revenant ensuite au port de Brest le 4 décembre 1872. Plus tard, après avoir servi de vaisseau-école de 1872 à 1882, la Flore est finalement désarmée puis démolie en 1900.

La Bretagne

Le vaisseau mixte la Bretagne, est, sans contredit, le plus glorieux titre de la supériorité des ingénieurs français sur tous les constructeurs étrangers. Jamais la mer n’a bercé sur ses lames une plus gigantesque et plus formidable machine de guerre. Sa longueur, de quatre-vingt-un mètres, dépasse de dix mètres celle des plus grands vaisseaux. Ses vastes batteries, armées de cent trente-deux bouches à feu du plus gros calibres, pourraient en recevoir cent quarante-six. Douze cents hommes composent son équipage. Sa machine à hélice est de la force de douze cents chevaux. Lors de ses expériences, il a atteint une vitesse de treize milles à l’heure. Son aspect est celui d’un gigantesque steamer, par la disproportion de ses mâts et de sa voilure, – qui sont toutefois ceux d’un vaisseau de son rang, – avec la longueur de sa coque. Pour l’élégance des lignes, la solidité de la carène, la rapidité de la marche et la facilité des évolutions, c’est la plus éclatante manifestation des sciences navales et le chef-d’œuvre de l’art nautique. Le monde illustré – 1857

Le Bretagne (vaisseau-école)

Affecté sur le vaisseau le Bretagne pour une courte période d’un mois (4décembre 1872-9 janvier 1873). Ce bâtiment est un vaisseau-école destiné aux apprentis-marins et qui reste au mouillage dans la rade de Toulon.

7 - La SAVOIE

Julien est affecté sur la frégate à vapeur Savoie pour la période du 9 janvier au 20 mars 1873. Les évolutions de ce navire en Méditerranée, de Toulon à Golfe-Juan et Villefranche, vont donner l’occasion à Julien de visiter pour la première fois les côtes de Provence.

 

l'Entreprenante (frégate) 1858-1896

Pour rejoindre le Pétrel, Julien voyage d’abord sur la frégate l’Entreprenante du 1er au 21 septembre 1873, courte croisière de trois semaines qui l’amène à Dakar.

8 - Le PETREL

Aviso de flotille Pétrel, construit au havre et armé pour la première fois en 1873. Ce bâtiment à voile et à vapeur, muni de roues à aubes, effectue au Sénégal sa première campagne. L’enseigne de vaisseau Julien Viaud doit s’y embarquer à partir du 21 septembre 1873. Durant presque un an, il va séjourner au Sénégal, affecté sur le Pétrel du 21 septembre 1873 au 25 mai 1874.

 

9 - l'ESPADON

Sur l’Espadon du 25 mai au 12 septembre 1874 (date du retour du navire à Rochefort) ; aviso à roues, ancré à cette époque dans la rade de Dakar, qui effectue des transports le long des côtes sénégalaises.

La Thetis (corvette-cuirassée) 1865

Thétis, corvette cuirassée du 17 février au 1er mars 1876.

10 - COURONNE

Du 1er mars au 1er août 1876, Julien Viaud est affecté sur la Couronne, frégate cuirassée de l’escadre de la Méditerranée. C’est ce navire qui le conduira en Turquie à la suite des incidents de Salonique qui a coûté la vie aux consuls de France et d’Allemagne.

 

11 - le GLADIATEUR

Le 1er août 1876, Julien reçoit un nouvel ordre d’affectation et doit rejoindre le Gladiateur à Constantinople. Cette canonnière est à la disposition de l’ambassade de France en Turquie, croisant seulement dans les eaux du Bosphore et la mer de Marmara, depuis le détroit des Dardanelles jusqu’à la mer Noire.

 

Le Bouvet aviso à voiles et à vapeur

Le Bouvet, aviso à voile et à vapeur a été construit à Rochefort et mis à l’eau en 1876. Il subit encore des essais dans le port militaire charentais quand l’officier Viaud y est affecté pour une courte période de deux mois, du 5 juin au 10 août 1877.

 

13 - Le TONNERRE

Construit à Lorient et mis à l’eau le 16 septembre 1875, le Tonnerre est un navire de 78 mètres de long avec un effectif de 190 hommes. Ce garde-côtes navigue surtout autour de Lorient. Julien et « frère Yves » y sont embarqués ensemble pour une période de neuf mois, du 29 septembre 1877 au 17 juin 1878.

 

12 - navire du type MOSELLE

Le Moselle (navire de transport) du 18 septembre 1878 (Rochefort) au 26 septembre 1879 (Brest). Service des ports du Nord et de Bretagne. Lorient, Cherbourg, Saint-Nazaire, Brest, Le Havre.

 

14 - le FRIEDLAND

Cuirassé Friedland du 1er avril 1880 (Toulon) au 25 février 1881 (Toulon). Après les événements du Monténégro est rentré à Toulon le 3 décembre 1880, évoluant par la suite le long des côtes provençales

 

15 - La SURVEILLANTE

Frégate cuirassée la Surveillante du 3 juillet 1882 (Brest) au 17 décembre 1882 (Cherbourg).

 

16 - l'ATALANTE

Affecté sur la corvette cuirassée Atalante du 22 mai au 16 décembre 1883, Loti va parcourir pour la première fois les mers de Chine au moment des événements militaires du Tonkin. Ce navire fait partie des forces navales commandées par le contre-amiral Courbet.

 

Le Corrèze (transport)

Embarqué le 16 décembre sur le transport le Corrèze, Loti arrive à Toulon le 31 janvier 1884.

 

17 - le MYTHO

1885 – sur le Mytho, l’un des onze transports officiels des forces navales en Extrême-Orient. Sur ce navire, durant un mois un mois de traversée, Loti a rédigé en partie le manuscrit « Pêcheur d’Islande ».

 

Le Château-Yquem (paquebot)

Sur le Paquebot Château-Yquem, 27 avril 1885 (Saigon) au 5 mai 1885 (Hong-Kong). Traversée de la mer de Chine.

 

18 - La TRIOMPHANTE

Cuirassé la Triomphante sur lequel le lieutenant Julien Viaud a été embarqué du 5 mai 1885 au 6 mars 1886. Un traité de paix ayant été conclu en juin 1885 avec la Chine, la Triomphante quitte alors les eaux chinoises pour celles du Japon.

 

19 - le MAGICIEN

1886 – commande le Magicien. De retour du Japon, Loti prend un service de quelques semaines au secrétariat de la Majorité de Rochefort, puis reçoit une affectation sur le Magicien, aviso à roues ayant subi d’importantes réparations et dont les essais se font à Rochefort.

20 - L'ECUREUIL

Loti assure de septembre 1888 à juillet 1889 le commandement de l’Ecureuil, aviso à roues stationnant dans les eaux de la Charente.

21 - le FORMIDABLE

Le Formidable, cuirassé d’escadre de la Méditerranée sur lequel Loti a été embarqué du 23 janvier (Golfe Juan) au 1er octobre 1891 (Toulon). Durant huit mois, ce bâtiment a surtout évolué le long des côtes provençales, de Toulon à Villefranche-sur-mer.

22 - Le COURBET

Lorsque le Formidable est désarmé à Toulon, Loti obtient son affectation sur le Courbet, cuirassé de l’escadre de la Méditerranée. Il y est embarqué du 1er octobre 1891 (Toulon) au 22 novembre 1891 (Villefranche). Durant ces deux mois, le Courbet va également évoluer près des côtes provençales, se mettant au mouillage à Golfe Juan ou Villefranche.

23 - Le JAVELOT

1891 – Décembre, nommé commandant de la canonnière Javelot à Hendaye. Le Javelot est une canonnière en service sur la Bidassoa, frontière naturelle de la France et de l’Espagne. A longueur d’année, il est ancré près du pont international d’Hendaye. Ses déplacements sont nécessairement limités aux côtes françaises, ce bâtiment naval en état de prendre la haute mer.

24 - Le REDOUTABLE

Loti est affecté sur le cuirassé Redoutable du 1er août 1900 au 14 mars 1902. A la même époque, le vice-amiral Pottier quittait la préfecture maritime de Rochefort et prenait le commandement de l’escadre des mers de Chine. Sur sa proposition, le capitaine de vaisseau Julien Viaud devenait alors son premier aide de camp à bord du Redoutable.

25a - le VAUTOUR

1903 – En Turquie, le 10 novembre, Loti prend le commandement du Vautour, premier stationnaire de l’ambassade de France à Constantinople.

 

Article précédent : Sur le Javelot…