Bakharetchea défigurée et une subvention refusée au prix « Pierre Loti à Hendaye »

La municipalité d’Hendaye s’est lancée à sa façon dans les préparatifs de la commémoration du centenaire de la mort de Pierre Loti en 2023.

Elle a poursuivi, sourde à toute autre alternative, son projet de passerelle venant barricader la grève longeant Bakharetchea, faisant de ce havre de paix, inscrit aux monuments historiques, une honte de laideur, qui, loin d’attirer les touristes tant recherchés, devrait les faire fuir… Les photos de l’endroit prises « avant » et « après » sont édifiantes et se passent de commentaires…

vue sur Bakharetchea depuis la Bidassoa

passerelle 5 avril 2021

Banderoles passerelle 2021

La passerelle va être inaugurée jeudi 15 avril 2021, alors que sont toujours en cours les actions contentieuses menées à son encontre, et auxquelles notre association s’est jointe, de même que la SPPEF[1] , à laquelle Pierre Loti appartenait et qu’il avait notamment saisie afin d’assurer le sauvetage du château de la Roche Courbon.

Faut-il voir là la raison ayant conduit la municipalité à refuser la subvention sollicitée pour 2021, uniquement pour venir au soutien du prix littéraire créé il y a plus de 15 ans par la librairie Ulysse ? Celle-ci, privée de son sponsor historique Serge Blanco pour raisons économiques, avait trouvé dans le portage financier de cette subvention par l’AIAPL la possibilité de continuer à offrir un séjour hendayais d’une semaine au lauréat.  Ce prix récompense un récit de voyage paru l’année précédente et permet de faire le lien avec les récits de voyages de l’illustre écrivain, son séjour électif à Hendaye et la présence estivale en ce lieu de la librairie parisienne Ulysse, spécialisée dans les voyages.

La notoriété de ce prix permet de récompenser le lauréat et fait parler de la ville à cette occasion, Pierre Loti servant de faire-valoir à l’opération.

La préservation de l’héritage culturel et patrimonial n’est pas une valeur cultivée par tout le monde sur les rives de la Bidassoa…

Alors que notre association travaille déjà avec l’ensemble des municipalités des autres lieux « lotiens » pour susciter ou s’associer à la réalisation d’événements célébrant l’année 2023, la municipalité d’Hendaye se distingue par des manœuvres aussi hostiles qu’inexplicables, pour ce lieu choisi par Pierre Loti pour y passer plus de trente ans et venir y rendre son dernier souffle. L’AIAPL célèbrera comme il se doit le passage de Pierre Loti à Bakharetchea, mais, bien sûr, aucun projet ne se réalisera en lien avec cette municipalité oublieuse de ce qu’elle doit à son chantre.

Tous ces événements constituent la trame d’un conte moderne bien triste : « la passerelle magique qui servait à couper les ponts »…

Marie-Ange GERBAL

Présidente de l’AIAPL

[1] Société pour la protection des paysages et de l’esthétisme de la France

https://www.sitesetmonuments.org/maison-de-pierre-loti-a-hendaye-et-passerelle-littorale-une-mobilisation-fidele-aux-combats-de-l