La famille de Pierre LOTI

Portrait de famille. Vers 1855. Rochefort.

Portrait de famille. Vers 1855. Rochefort. Tableau peint par Marie, la sœur aînée : c’est une composition qui rassemble les personnages à des époques différentes, peints probablement d’après photographies. Au premier rang, de gauche à droite : Clarisse Tessier (tante Claire), Nadine Viaud (la mère), Julien (le futur loti), Théodore Viaud (le père), Marie (la sœur, sans doute déjà mariée puisque son mari figure sur le tableau au deuxième rang à droite) ; et donc, au deuxième rang, de droite à gauche : Armand Bon (cousin et mari de Marie), Marie-Anne Viaud (grand-mère paternelle), Henriette Texier (grand-mère maternelle), Gustave (le frère), et tout en haut Jeanne Renaudin (grand-mère de Nadine). C’est davantage un arbre généalogique qu’un fidèle portrait de famille.

organigramme photo famille

Approfondissez  chaque sujet en cliquant sur les noms et mots bleus… 

1850, 14 janvier : naissance à Rochefort, au 141 de la rue Saint Pierre (devenue rue Pierre Loti, de Louis, Marie, Julien Viaud, troisième enfant de Théodore Viaud et Nadine Texier, Famille protestante. Le père est secrétaire en chef de la mairie. La maison abrite aussi les deux grand-mères et des tantes. Une sœur aînée, Marie, dix-neuf ans de plus que lui, et un frère, Gustave, douze ans de plus que lui.

1858, départ de Gustave le frère aîné, chirurgien de marine, pour Tahiti (Pacifique Sud). Il revient en 1862 avant de repartir pour la Cochinchine. Il persuade Julien de prendre des leçons d’équitation.

1864, mariage de Marie avec un de ses cousins Armand Bon. Julien aura une grande affection pour leur fille Nadine (Ninet).

1865, mort de Gustave des suites d’une anémie tropicale à bord de l’Alphée le 12 avril à l’âge de 28 ans ; il est immergé dans l’Océan Indien. Mort de Lucette Duplais, une grande amie d’enfance.

1866, la famille Viaud connaît de graves difficul­tés financières. Le père est accusé de vol et emprisonné quelques jours. On doit louer une partie de la maison. Il sera acquitté en février 1868.

1870, 8 juin : mort de Théodore Viaud, son père.

1871, en avril, Julien rachète la maison familiale à sa mère avec l’aide de Joseph Bernard, aspirant comme lui et son grand ami de l’époque.

1872, 29 janvier-3 mars, Tahiti. Il retrouve les traces du séjour de son frère (sa compagne, sa case).

1886, 20 octobre, mariage avec Blanche Franc de Ferrière.

1889, 17 mars, naissance de son fils Samuel.

1893, novembre, rencontre d’une jeune femme basque Crucita Gainza qui lui donnera trois fils, dont deux survivront.

1896, 12 novembre, mort de Nadine Viaud, sa mère.

1899, février, il rachète à Saint-Pierre-d’Oléron la maison de ses ancêtres maternels Texier (qu’il nomme la « maison des aïeules » et où il voudra être enterré).

1908, 21 septembre, mort de sa sœur, Marie Bon.

1923, 10 juin, mort de Pierre Loti à Hendaye. 16 juin, funérailles nationales à Rochefort. Son corps est transporté à Oléron, enterré dans le jardin de la « maison des aïeules ».

 

Cliquez sur « articles précédents » situés tout en bas de cette page pour consulter :

Viaud Marie, peintre et soeur de Pierre Loti